Objets connectés, Le pourquoi et le comment.

Lancée en mars 2014 par Olivier Mével – pionnier de l’Internet des objets, co-fondateur de Violet et créateur de Nabaztag – et …

Lancée en mars 2014 par Olivier Mével – pionnier de l’Internet des objets, co-fondateur de Violet et créateur de Nabaztag – et Marc Chareyron, polytechnicien et ex-DG de l’agence Duke/Razorfish,  Enero est une agence d’un nouveau type. Entièrement dédiée aux objets connectés, elle répond à une nouvelle problématique des marques et entreprises : tirer parti des opportunités offertes par l’IOT.

 

Les objets connectés sont là pour durer

L’année 2013 a été marquée par l’explosion de l’offre commerciale : des dizaines d’objets connectés ont vu le jour et l’on annonce 2014 comme l’Année de l’Internet des Objets.

Brosses à dents, fourchettes, raquettes, matelas, cocottes minutes, avions en papier, satellites, vélos, thermostats, serrures… Tout ça n’est pas une mode mais bien une tendance durable.

Si cette révolution est parfois portée par des besoins clients, elle est surtout poussée par les opportunités business offertes par la combinaison de produits et de services, aussi bien pour les acteurs existants que pour les nouveaux entrants.

Pour les industriels, la relation directe établie avec les consommateurs et la récolte des données d’utilisation de ses produits permettent à la fois une meilleure fidélisation de ses clients et la vente de services additionnels et récurrents.

Pour les acteurs du service, l’introduction d’un produit “physique” porteur de ses services permet d’établir des barrières à l’entrée pour ses concurrents et de concrétiser sa présence dans le quotidien de ses clients, renforçant ainsi sa marque.

Les bénéfices potentiels de ce mélange de produit et de service apportés par les objets connectés vont donc bien au-delà du buzz provoqué par l’innovation. De nouveaux business models vont émerger – allant jusqu’à la gratuité du hardware financée par l’exploitation des données récoltées – et les acteurs traditionnels de nombreux secteurs vont se voir challengés par de nouveaux entrants inattendus, tels les énergéticiens face à Google après le rachat de Nest.

Les objets connectés vont donc devenir clés dans la stratégie de développement de nombreux acteurs, mais de par leur caractère hybride, ils présentent des défis de conception et d’exploitation. 

 

Concevoir des objets connectés : c’est (encore) un nouveau métier

En effet, dès lors que l’objet devient intelligent et connecté, il doit être pensé différemment.

Le fameux “form follows function” perd son sens. L’objet se doit d’être évolutif, conçu pour supporter des usages qui n’étaient pas forcément prévus lors de sa conception. Et bien évidemment, un objet connecté ce n’est pas seulement un objet physique, il s’agit de concevoir les usages et les services autour de cet objet. D’imaginer la vie qui va avec.

Par ailleurs, la conception d’un objet connecté suppose un savoir-faire pluridisciplinaire. En effet, pas moins d’une dizaine d’expertises différentes sont mobilisées : designers produits, de services, ingénieurs en génie mécanique, en électronique, développeurs de logiciels embarqués, d’application mobile, data scientists… Coordonner tous ces métiers et en intégrer toutes les contraintes est indispensable si l’on ne veut pas se retrouver avec des produits d’ingénieur ou des concepts irréalistes.

Enfin, ce nouveau domaine exige des méthodes spécifiques. On peut citer le Design Thinking qui accélère et rationalise la conception de produits complexes en se basant sur l’observation, l’ideation et le prototypage ou le Lean Hardware, inspiré des méthodes Lean Startup, qui permet d’itérer rapidement sur des concepts et des produits avant l’industrialisation.

  

A nouveau métier, nouveau type d’agence

C’est pour aider les entreprises à répondre à ces défis qu’Enero a été créée en mars 2014 par Olivier Mével, pionnier de l’Internet des objets, co-fondateur de Violet et créateur de Nabaztag – et Marc Chareyron, polytechnicien et ex-DG de l’agence digitale Duke/Razorfish.

Enero est une agence dédiée aux objets connectés qui intègre une approche pluridisciplinaire basée sur le Design Thinking mêlant expérience utilisateur, design et technologies.

Elle accompagne des grands groupes, PMEs industrielles et startups dans l’élaboration et l’exécution de stratégies d’objets connectés : expertise, assistance à maîtrise d’ouvrage, étude d’opportunité, recherche d’alliance ou de partenariats, conception de produits et services, production d’objets en série et prototypage rapide et haute-fidélité de concepts.

  

Au coeur de l’écosystème de l’Internet des Objets en France

Enero organise le meetup Internet of Things Paris qui compte plus de 1000 membres et rassemble tous les mois une centaine de participants issus de l’écosystème français de l’Internet des objets autour de retours d’expériences de projets en cours.

Enero est aussi Mentor de HAXLR8Rl’accélérateur international de startups hardware qui héberge les startups sélectionnées pendant 3 mois à Shenzhen (Chine) avant de les présenter à un parterre d’investisseurs à San Francisco.

Enfin, Enero est membre de l’Innovation Factory, le premier “Campus Cluster” français de l’innovation numérique qui rassemble étudiants, entreprises, labos et think tanks pour innover ensemble.

Partagez cette info

Commentaires

commentaires

Catégories Internet

Tags agence internet IoT objets connectés


1 Votes