L’ergonomie au travail : plus qu’une science, une nécessité

La science de l’ergonomie au travail comprend, en plus de l’optimisation de l’espace de travail, une forte composante de diminution de la …

La science de l’ergonomie au travail comprend, en plus de l’optimisation de l’espace de travail, une forte composante de diminution de la pénibilité de la tâche, de façon à améliorer les conditions dans lesquelles évolue l’opérateur. Ceci s’applique à de nombreux domaines tels que les nuisances sonores ou la fatigue musculaire, par exemple. Certains sont plus généraux et requièrent des mesures d’ensemble, d’autres sont plus spécifiques et peuvent être améliorés au moyen de plates formes de travail ergonomiques; repose-poignet pour le travail en bureau, casques anti-bruits pour les plateformes téléphoniques…

Le milieu industriel dispose de ses propres contraintes ergonomiques, à commencer par le bruit ou l’espace. Mais il existe d’autres nuisances plus subtiles, telle que l’électricité statique. Il s’agit là d’un phénomène physique résultant de la friction piégeant l’électricité dans des matériaux isolants. L’énergie ainsi accumulée provoque un déséquilibre au sein des matériaux touchés et doit donc être expulsée, soit lentement au contact de l’air, soit plus violemment : c’est la décharge électrostatique, ESD en anglais.

Plus ou moins douloureuse au contact, l’ESD peut constituer une véritable nuisance tant pour l’opérateur que pour ses machines. L’opérateur peut lui-même accumuler de l’électricité statique et provoquer une surcharge catastrophique de tout élément électronique avec lequel il entrerait en contact. De l’intérêt d’investir dans des postes de travail ESD.

Pour ce faire, il est possible soit d’investir dans un poste entier et déjà aux normes ESD, soit de doter un poste existant de protections adaptées. L’accessoire le plus courant est le boîtier prise de terre, qui agit à la façon d’un paratonnerre lors d’un orage. Sa fonction est de stocker l’électricité statique circulant sur un plan de travail et de la rediriger vers le sol, provoquant ainsi une décharge progressive et sans le moindre risque pour l’opérateur et son équipement.

Catégories Sciences

Tags esd flux postes de travail


1 Votes