Le CPF Compte Personnel de Formation, la nouvelle réforme

Depuis début 2015, le CPF (Compte Personnel de Formation) a remplacé le DIF (Droit Individuel à la Formation.) Cette réforme concerne non …

Depuis début 2015, le CPF (Compte Personnel de Formation) a remplacé le DIF (Droit Individuel à la Formation.) Cette réforme concerne non seulement tous les salariés, mais également les personnes en recherche d’emploi ainsi que les jeunes diplômés. Conçue pour lutter contre le chômage, favoriser la compétitivité des entreprises et encourager la formation tout au long de la vie professionnelle, en pratique, il s’avère de plus en plus difficile, pour les ayants droit, de profiter d’une formation dont la mise en oeuvre est un peu vague.

Dorénavant, le CPF suit toute personne de son entrée dans la vie active à la retraite. Il donne droit uniquement aux formations figurant sur une liste établie par les instances de branche (CPNE) ou interprofessionnelles.

 

Les formations doivent :

– soit entrer dans le cadre du socle de connaissances et de compétences professionnelles (communication en français; utilisation des règles de base de calcul et du raisonnement mathématique; utilisation des techniques usuelles de l’information et de la communication numérique; maîtrise des gestes et postures et le respect des règles d’hygiène, de sécurité et environnementales élémentaires…);

– soit entrer dans le cadre de l’accompagnement à la VAE (validation des acquis de l’expérience);

– soit conduire à une certification RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles), à un CQP (Certificat de qualification professionnelle) ou CQPI (Certificat de qualification professionnelle inter-branches).

 

Un apprentissage standardisé aux dépends du besoin de la personne désirant se former

Pour les langues, par exemple, exiger une formation diplômante ou qualifiante va en fait freiner l’accès à la formation. Par expérience, j’ai constaté que beaucoup de salariés ont un réel besoin d’outils spécifiques et ne pourront plus utiliser leur DIF pour se les approprier.

Dans une formation certifiante, l’apprentissage est devenu le même pour tous, alors qu’il devrait concerner la vie professionnelle au quotidien, comme en anglais par exemple. L’objectif de la formation sera de réussir un examen commun à un nombre important d’individus issus de divers parcours / métiers et avec des motivations diverses. Ce ne sera plus de développer une compétence particulière. Il n’y aura plus de réponse personnalisée à un besoin professionnel précis de la personne.

Chez Les Clés de la Gestion, nous sommes parfaitement structurés pour préparer les candidats à ces tests (TOEIC, BULATS…), mais depuis le début, nous préférons mettre l’accent sur des formations adaptées à chaque situation, répondant à un besoin identifié (angalis, juridique, sécurité, vente, gestion, informatique…), pas à un examen général.

Avec cette réforme, on confine les ayants droits dans le carcan études / diplômes et on met l’accent sur un apprentissage scolaire. Comme si, sans diplôme, on n’était rien.

Le DIF permettait également aux salariés d’accéder à des connaissances auxquelles ils n’avaient pas forcément eu accès pendant leurs études. Ainsi, c’était la possibilité pour eux de s’ouvrir de nouvelles perspectives dans leur métier.

Le DIF n’était sans nul doute pas assez utilisé mais le CPF le sera encore moins puisque plus restrictif et beaucoup plus opaque quant aux conditions d’accessibilité. Les seules formations qui ne demandent pas d’être sanctionnées par un diplôme ou une certification, sont celles qui font partie du socle de compétence aux intitulés plutôt flous et pouvant facilement prêter à interprétation par chaque OPCA.

En bref, cette réforme ne me parait pas pertinente en l’état. Mais s’il faut se plier à ces exigences, bon nombre de formations des Clés de la Gestion sont d’ores et déjà éligibles au CPF. N’hésitez pas à nous contacter.

 

 

Partagez cette info

Commentaires

commentaires

Catégories Divers

Tags entreprise formation


1 Votes